Ces principes de maman que j’ai réussi à tenir …

Neuves-mois - Blog maman / Maternité  / Ces principes de maman que j’ai réussi à tenir …

Ces principes de maman que j’ai réussi à tenir …

J’ai lu que souvent nous avions des principes mais qu’avec l’arrivée des enfants cela remettaient sérieusement en cause nos croyances et certitudes.

Me concernant sur quelques points ce fut une question de survie : je savais très bien que je ne pourrai pas être à l’aise dans certaines situations alors je n’ai jamais voulu ne serait-ce essayer.

Il a été important pour moi d’y croire pour résister à la pression et surtout pour ne pas m’emporter face à des interrogations (pour ne pas dire critiques) de mon entourage. Mon mari a été un véritable soutien puisqu’il n’a jamais remis en cause mes choix bien au contraire. Il reste à l’écoute et m’épaule quand tout le monde me tombe dessus ou émet un jugement sur mes décisions. Voici donc les principes que j’ai voulu relever avec parfois de la maladresse mais toujours avec persévérance !

Pas de cododo

… et chacun sa chambre. C’était acté bien avant qu’elle naisse : nous ne souhaitions pas qu’elle dorme dans notre chambre. Avec mon mari, nous étions d’accord sur ce point et aujourd’hui 8 semaines après elle est confortablement installée dans ses quartiers.

J’ai essayé avant de prendre cette décision de faire des recherches pour savoir qu’elle était la meilleure solution et sur internet ce fut sans appel : le mieux c’est de garder bébé auprès de soi du moins les premières semaines. Je n’étais pas à l’aise avec cette idée, je me suis donc tournée vers ma sage-femme pour avoir son avis, elle m’a alors répondu que la meilleure décision c’est celle que j’aurai choisi.

C’est ainsi que dès le retour à la maison, elle a dormi dans sa chambre d’abord dans un couffin puis dans sa gigoteuse. Elle ne se réveille pas à part pour manger et très vite elle a fait ses nuits et ne se réveillant que deux fois puis une seule. Nous avons opté pour un babyphone (le plus simple pas de vidéo) et je me lève jamais pour la voir à part quand elle pleure pour éviter de la déranger ou rentrer dans une spirale d’angoisse si elle ne se réveille pas comme d’habitude. Pour les siestes, c’est le même traitement dans son lit jamais dans le salon ou notre chambre, parfois elle s’endort dans le transat alors je la récupère pour l’installer plus confortablement dans son berceau.

Je suis contente d’avoir tenu ce principe, je ne suis pas contre qu’elle dorme avec nous si elle est malade ou plus grande mais au quotidien ce n’est pas une pratique qui nous convient.

Pas d’allaitement

La question ne se posait même pas pour ma part : je n’allaiterai pas. Je n’ai eu aucune hésitation, aucun regret jusqu’à aujourd’hui. Les personnels de la maternité ne m’ont absolument pas jugés, ils ont été plutôt surpris par le fait que je sois si sûre de moi.

Pour eux, la majorité des mères veulent au moins essayer : pour moi ce n’était pas envisageable, c’est un choix si personnel après tout. En revanche, ce qui m’a beaucoup peiné c’est ceux qui disent que l’allaitement permet de créer un lien privilégié avec son enfant ce qui n’est pas le cas si celui-ci est au biberon. Cela ne veut rien dire, je tiens tout de même à rassurer les mamans : ma fille et moi avons ce lien instinctif qui dépasse le fait que je ne l’allaite pas.

Il faut vraiment être à l’aise et persévérante pour donner le sein car c’est assez éprouvant à mon sens et je n’étais pas assez déterminée pour me lancer. L’avantage aussi, c’est que mon mari peut la nourrir sans ma présence ce qui me permet de vaquer à d’autres occupations. Je trouve dommage que l’on soit encore pointé du doigt en 2017 parce que l’on souhaite pas allaiter son bébé : nous ne sommes pas des monstres sans coeur (quoique).

Pas de temps partiel

Travaillant dans la fonction publique le fait de demander une autorisation de travail de droit à 80 % pour raison familiale est quasiment logique. Au début, j’y ai réfléchi, j’ai calculé par rapport à la crèche si j’avais un avantage : pas spécialement. J’ai eu l’immense chance d’avoir deux places en crèche et d’avoir donc le choix pour que la solution nous convienne à tous.

Alors certes, ce temps partiel est un moment précieux de partages avec ma fille mais je ne me sentais pas de devoir aller au travail que 4 jours par semaine… J’ai réellement besoin de continuer mon train train quotidien et de ressentir cette envie de rentrer le soir pour voir ma fille. De plus, aprés mon congé maternité j’enchaîne avec mes congés d’été, j’ai donc eu 5 mois entiers avec mon bébé : ce qui me suffit amplement. Je ne veux pas avoir à choisir même si ma fille est ma priorité rien ne m’oblige à sacrifier ma carrière professionnelle.

J’ai vraiment tenu à ses principes personnels car je ne me voyais pas changer radicalement à la naissance de ma fille. Je me suis adaptée à ses besoins tout en prenant en compte mes limites pour ne pas être dépassée et surtout frustrée. C’est assez difficile car certains sont décontenancés par ma détermination et mon inflexibilité sur ses points (et mon agressivité si on venait à donner un pseudo conseil du 20ème siècle). Je pense qu’il est nécessaire de s’écouter et de ne pas essayer des choses qui nous correspondent pas sous prétexte que c’est mieux ou que cela se fait. J’ai remarqué que ma fille sentait quand je n’étais pas à l’aise alors maintenant je reste moi-même avant tout et je n’écoute toujours personne (on ne se refait pas).

12 Commentaires
  • Die Franzoesin
    30 mai 2017 à 9 h 44 min

    Bravo pour ta confiance en toi c’est vraiment super. Il n’y a aucune raison de remettre en question tes choix ils t’appartiennent ! J’avoue avoir plus de mal à m’écouter. Concernant le cododo ou le temps partiel je suis à l’aise avec mes décisions. Concernant l’allaitement en revanche c’est différent. J’ai eu une très mauvaise expérience avec mon premier fils et à vrai dire je n’ai pas vraiment envie de recommencer. Mais je n’arrive pas à l’assumer et me suis donc laissée convaincre pour tenter l’allaitement mixte… À suivre…

  • Melle AVENIR
    30 mai 2017 à 12 h 28 min

    Merci de me rassurer 🙂
    Etant dans la réflexion profonde d’un enfant ou pas, ce genre de questions arrivent forcément dans mon esprit et j’avoue que dans ma vie actuelle je suis déjà quelqu’un qui a des idées très arrêtées sur certaines choses. Au grand dam de ma maman qui me trouve un peu trop rigide.
    Je suis heureuse de lire qu’on peut avoir des idées assez arrêtées et que cela se passe très bien !! Je crois que comme toi je dois rester avec mes idées et mes envies, parce que tu as l’air merveilleusement épanouie avec ta fille.

  • Pititefleur
    30 mai 2017 à 13 h 46 min

    Je me retrouve vraiment dans tes propos.
    Moi aussi, je ne souhaite pas qu’il y est cododo et je n’envisage pas de la faire dormir la nuit ailleurs que dans sa chambre, sinon pourquoi lui avoir céder la notre 😀
    On verra comment ça se passe à son arrivée mais je suis certaine que ce sera parfait.
    Comme toi, je vais reprendre le travail à la rentrée et je suis dans une administration publique. En partant j’ai indiqué que non, je ne prendrais pas de congé parental ni de temps partiel. Nous avons obtenu une place en crèche aussi je ne suis pas du tout inquiète à l’idée d’y laisser ma fille, c’est ce que nous voulions. Et comme toi, je sens déjà que j’aurais envie de retrouver une vie professionnelle.
    Quand à l’allaitement, je souhaite au moins essayer mais j’ai vraiment dans l’idée de passer à un allaitement mixte dès que possible.
    En tous les cas j’ai été ravie de lire cet article d’habitude c’est plutot des articles sur les principes qui ont été finalement abandonnés. J’espère m’y tenir moi aussi

  • Maman Sur Le Fil
    30 mai 2017 à 13 h 53 min

    Tu es droite dans tes baskets et c’est bien là l’essentiel ! C’est tellement dur de nos jours de rester sur nos décisions et de ne pas écouter les conseils/jugements/avis des autres…

    Bravo pour ça…

    Virginie

  • MadameLavande
    30 mai 2017 à 16 h 47 min

    J’aime bien cet article ! C’est vrai qu’on ne compte plus le nombre de fois où enceinte, on entend « tu verras quand tu auras des enfants tu changeras d’avis… » ou pas !
    Comme toi le cododo ne me tentait pas avant la naissance de la Biscotte. A notre retour à la maison, elle a passé la première nuit dans son couffin, dans notre chambre et au matin nous avons été unanimes avec mon mari : plus jamais ! Depuis elle dort dans son lit, dans sa chambre et a très vite fait ses nuits.
    Pour la reprise du travail, j’ai pris 3 mois de congés parental pour aller jusqu’à la rentrée de septembre et faire la liaison avec la crèche. Depuis j’ai donc repris à temps complet.
    Pour l’allaitement c’est différents, je ne savais pas trop. Et puis finalement comme tout s’est passé très facilement j’ai allaité 1 an.
    Je crois que l’essentiel c’est de faire comme on le sent, peut importe de revenir ou pas sur nos principes.

  • Madame Bobette
    31 mai 2017 à 17 h 35 min

    C’est un article qui me parle beaucoup. Tout comme toi, j’ai dit non au cododo. On voulait la mettre dans sa chambre dès le début finalement, je l’ai gardé 3 semaines dans son couffin à côté de moi mais ensuite, hop, dans sa chambre et même elle a beaucoup mieux dormi. Idem pour l’allaitement, j’étais sûre de moi et je n’ai absolument pas culpabilisé. Par contre, j’ai pris un 80% pendant 6 mois. C’était important pour moi et je le referais sûrement pour un second si financièrement cela passe.
    En tous cas, je trouve ça super d’être sûre de soi sur ce genre de principes qui amènent souvent à débat!

Laisser un commentaire