9 mois avec toi : notre si belle cohabitation prend fin …

Neuves-mois - Blog maman / Grossesse  / 9 mois avec toi : notre si belle cohabitation prend fin …

9 mois avec toi : notre si belle cohabitation prend fin …

Ma grossesse touche donc à sa fin car je suis actuellement dans mon neuvième mois, je peux donc accoucher à tout moment … Contrairement à ce que j’ai pu entendre, je n’ai pas trouvé cela très long et laborieux d’être enceinte, je ne suis pas à bout non plus. J’ai abordé cet état comme jamais j’aurai cru avec sérénité et calme. Je n’ai pas d’appréhensions particulières face à l’accouchement, je continue à faire confiance à mon instinct qui ne m’a pas fait défaut jusque-là. J’ai eu tout de même un coup de frayeur car j’ai été alitée (pas strict) pendant 15 jours suite à un gros raccourcissement de mon col et des contractions non douloureuses mais régulières. J’étais très bien alors j’ai été surprise et j’ai compris que parfois le corps nous fait comprendre que trop c’est trop.

Maintenant tout va mieux, je suis sortie de la zone de prématurité je continue tout de même à me reposer un peu par sécurité. Si cela t’intéresse je peux en faire un article sinon je n’en parlerai pas spécialement puisque cela ne m’a pas particulièrement marqué sauf le fait d’être ralentie dans les préparatifs pour la venue de mon enfant. D’ailleurs 4 semaines plus tard : je suis toujours là comme quoi les médecins et leurs pronostics d’accouchement ….

Cela n’enlève rien à ses 9 mois qui ont été pour moi idylliques, j’ai vraiment savouré chaque minute de cette cohabitation qui sera donc l’unique pour moi comme je l’ai évoqué dans cet article. Je n’ai pas changé d’avis, au contraire cela m’a conforté dans mon choix de ne plus vouloir d’autres enfants. Voici donc un dernier bilan de ses 9 mois de grossesse.

 

Nos petits rituels

J’ai eu de la chance, j’ai senti mon bébé trés tôt et assez souvent dans mon ventre. C’est un enfant trés éveillé et dynamique d’ailleurs même pendant les échographies ses yeux étaient toujours grands ouverts ce qui amusait notre gynécologue. Je ne voulais pas tomber dans l’angoisse, alors trés tôt j’ai mis en place des moments pour pouvoir interargir sans stress. Je n’ai pas investi dans un Doppler et je me suis contentée des 3 échographies officielles sans m’inquièter outre mesure quand je le sentais moins.

  • Tous les jours une petite berceuse réunionnaise : je prenais cinq minutes pour chanter quelques chansons en créole et en français et au fil de jours, je sentais que les sons devenaient familiers et dès les premières notes le bébé réagissait. Il m’arrivait de lire aussi des histoires pour m’entraîner (l’intonation est très importante en créole). Mon mari se moquait de moi au début mais au final il maîtrise autant que moi les paroles à présent.
  • Je lui parle constamment depuis le début. Je lui raconte où on va, chez qui et qu’est ce qu’on va y faire. Quand nous étions à l’hôpital, je passais mes nuits à lui demander de rester au chaud encore quelques semaines ayant déjà parcouru le plus grand des chemins (j’étais à 35 semaines) et à mon grand étonnement nous avons tenu malgré l’affolement du corps médical, j’ai eu confiance je savais très bien que je n’accoucherai pas maintenant et j’ai donc eu raison. J’ai toujours veillé à ne pas stresser, éviter de m’angoisser et je m’excusais quand je criais trop (on ne peut pas totalement changé …). Il reconnaissait très bien la voix de son père, dès qu’il rentrait du travail c’était la pure folie. Quand mon téléphone sonne c’est souvent ma mère et c’est la même hystérie dans mon ventre, j’ai parfois l’impression qu’il ou elle écoute déjà nos commérages avec attention.
  • Ma mère m’a offert un bola de grossesse personnalisé. Nous avons choisi le son, le modéle, la couleur etc. C’est un son que le bébé est censé reconnaître à la naissance et qui l’apaise. Le mien cela le faisait dormir presqu’immédiatement c’était très amusant. Je l’utilisais aussi pour le faire sortir quand il était sous mes côtes car ce n’était pas très agréable. Tous les soirs, je me retrouvais à faire sonner mon petit collier pour que je puisse dormir (ce qui ne fonctionnait pas toujours !).

Nos petits moments de soutien

J’ai écrit un article ici sur mes moments de tristesse. J’ai été très sensible pendant quelques mois en pensant aux personnes qui me manquaient terriblement. Il m’arrivait de passer des heures dans une église  pour me recueillir ne pouvant faire autrement avec la distance. Je posais souvent ma main sur mon petit ventre et je sentais inévitablement une petite caresse de mon bébé. J’aurai cru qu’il se ferait discret alors qu’au contraire, il s’est beaucoup manifesté dans ses instants de solitude. Je prenais le soin de lui dire que ce n’était pas de sa faute, que c’est un état passager mais qu’il était essentiel de pouvoir évacuer ce trop plein d’émotion.

Je termine donc cette grossesse sans plus de désagréments qu’au début et cela fait une semaine que j’ai repris ma vie normale, je suis allée chez ma coiffeuse, mon esthéticienne et j’ai fait du shopping pendant des heures ! Sa chambre est maintenant prête, comme je l’avais imaginé, je n’attends plus que ma mère qui arrive dans quelques jours pour pouvoir accoucher au complet. J’ai pu finir mes cours de préparation à l’accouchement avec une dernière séance en piscine : je suis contente d’avoir tout bouclé et que cela s’enchaîne finalement bien. Je peux donc partager cette expérience complète puisque je suis au bout de l’aventure et témoigner qu’il est bel et bien possible de la vivre sans trop de prise de tête et dans la plénitude. 

Je reprends tout doucement l’écriture sur mon blog et aussi la lecture de mes blogs favoris, j’ai déjà mes articles planifiés c’est déjà ça !

6 Commentaires
  • Rozie
    10 avril 2017 à 10 h 57 min

    Ton témoignage me touche absolument.
    Je crois que c’est la première fois que j’en lis un si intime et si beau sur cette période intense qu’est la grossesse.
    Le lien que tu as tissé jour après jour avec ton enfant … C’est … D’une beauté simple, mais essentielle.

    Les chansons, les histoires, vos rituels, le son du bijou …
    Et toutes ses réactions que tu décryptes si bien.

    C’est merveilleux. C’est fabuleux, la vie.

    Je suis heureuse de lire ça, quelque part, ça me fait du bien. Et je t’adresse mes plus belles pensées, mes ondes les plus positives pour la suite.

    Tu as accompli quelque chose de grand.

  • Flora
    10 avril 2017 à 11 h 15 min

    Tout est bien qui finit bien ! Bravo pour le parcours qui arrive à sa fin et pour avoir pu garder ton calme même avec la MAP. Je ne peux que te souhaiter un super accouchement pour parachever tout ça

  • Picou
    10 avril 2017 à 13 h 04 min

    Quel bonheur de voir un tel apaisement et un tel bonheur de grossesse…j’ai moi même vécu deux grossesses dont je garde un excellent souvenir, sans angoisses, sans gros couac. Quels excellents souvenirs cela te fera…profites bien de ces tout derniers moments, et des futurs bonheurs à venir!

Laisser un commentaire