Pourquoi maman ne délègue pas ?

Neuves-mois - Blog maman / Parentalité  / Pourquoi maman ne délègue pas ?

Pourquoi maman ne délègue pas ?

On entend beaucoup parler de charge mentale. Il faut déléguer dit-on pour garder le cap sur sa vie et éviter de se perdre dans nos tâches quotidiennes mais est-ce si facile ? Je fais partie de ses personnes qui ne lâchent jamais prise. Non pas que je n’y arrive pas mais pour moi je n’ai pas le choix. Je ne viens pas d’une famille on on délègue si facilement, je n’ai jamais vu ma mère se reposer et changer son organisation. Je ne l’ai pas entendu dire une seule fois « je suis fatiguée » et paradoxalement elle prenait beaucoup de temps pour elle.

Elle sollicitait très peu l’aide extérieure ne voulant pas être redevable de quoi ce soit surtout concernant ses enfants. Mais parfois je l’ai sentie très épuisée, je voyais bien qu’elle avait besoin d’être épaulée dans son quotidien de maman célibataire.

Puis je suis devenue mère à mon tour et j’ai pris ce rôle très à cœur sur certains points. Je me suis rendue alors compte que j’empruntais le même chemin et en tout état de cause : je ne délègue rien mais pourquoi donc ?

Parce que je fais très peu confiance

Comme vous le savez je n’ai quasiment pas d’amies dans la région avec lesquelles je discute quotidiennement. Je ne fais pas plus d’efforts que cela pour entretenir des liens profonds. J’ai dépassé cette idée de trouver LA meilleure amie et bien évidemment je ne peux laisser ma fille avec quelqu’un de neutre. Ayant très peu de famille ici et surtout même si je vois ma mère très souvent nous sommes toujours toutes les 3 avec ma fille ou 4 avec mon frère.

Concernant ma belle famille, nos rapports sont corrects mais je ne me sens jamais à l’aise lorsque je suis avec eux. Je ne suis pas moi-même totalement car je fais des efforts pour ne pas blesser les uns et autres avec mon franc parler du coup je dis rarement ce que je pense. Dans ce contexte de retenu, il est inenvisageable pour moi de laisser ma fille pour le moment. Si un jour elle demande à y aller : je n’y vois aucun inconvénient. Je reste toujours dans mon coin, il est rare que je me confie sur mes difficultés ou mes moments de doute qui sont d’ailleurs pris à la légère (le fameux « c’est normal ça va passer »). Je demande donc quasiment jamais de l’aide et sinon ce des broutilles qui n’ont aucune incidence sur ma vie quotidienne.

Je crois que je serais plus à l’aise à solliciter des personnes qui sont en dehors de mon cercle familial. Parce que ma façon d’être est mieux accueillie et je peux être libre dans mes propos et mes exigences.

Parce que je suis trop différente

J’en ai beaucoup parlé ici et ici sur cette culture différente qu’il y a au sein de notre famille. J’ai eu dû mal à me faire entendre sur ce que je voulais transmettre à ma fille. Encore aujourd’hui je suis obligée de remettre les points sur les i quand je me sens oppressée ou incomprise face à des situations qui me dépassent.

Je suis une femme indépendante et j’élève mon enfant avec autonomie et liberté dans ses choix. Je ne veux pas qu’elle fasse quoique ce soit « pour me faire plaisir » et je fais attention à ce que je lui dit et ce que je lui transmets. Je suis contre le fait de fréquenter des gens parce que c’est la famille si nous n’avons aucune affinité. Jamais et j’écris bien jamais je ferai quelque chose qui serait contre mes convictions pour faire plaisir à quelqu’un.

Quelques fois lorsque j’écoute une connaissance parler de sa belle-mère que soit disant elle déteste et à qui elle laisse souvent son fils : j’ai dû mal à saisir. Je l’entends chaque semaine me dire que sa belle-mère est envahissante et intrusive sans qu’elle ne dise rien car elle lui délègue pas mal de choses notamment la garde de son fils. De quel droit devrais-je subir des situations inconfortables sous prétexte que l’on m’aide ?

Je tiens à ma franchise et à mon intégrité quitte à me débrouiller toute seule. Je ne vois pas pourquoi les autres m’imposent leurs souhaits dans MA vie et me proposent de l’aide sous LEURS conditions.

Parce que j’ai ma propre organisation

Comme je l’ai écrit à plusieurs reprise nous arrivons à nous occuper de notre fille sans faire appel à une tierce personne même pendant les vacances. Tant qu’elle est petite, j’ai fait le choix assumé de m’occuper d’elle quand je le pouvais avec son père uniquement. Nous arrivons à dégager du temps pour déjeuner ensemble en amoureux, faire des activités en journée mais pas la nuit. Nous refusons souvent les dîners pour éviter de la bousculer dans son rythme sauf cas exceptionnel par exemple pour Noël elle peut veiller plus tard.

Je ne veux pas imposer à qui que ce soit notre organisation et notre rythme. Je n’ai pas peur de dire non si cela ne me convient pas. Si je délègue quelque chose par défaut ce sera sous les conditions de celui qui va m’aider et j’en suis incapable. Surtout quand c’est la famille proche : on ne peut pas dire grand chose au risque de créer un incident diplomatique.

Quand cela touche mon intimité j’ai clairement dû mal à déléguer de peur que l’on s’introduise trop dans ma vie et surtout mes choix. Je trouve que parfois sans le vouloir les gens se permettent des réflexions ou remettent en cause tes décisions sans que l’on ne demande rien.

Mon parcours de vie fait que je n’ai jamais eu de main tendue spontanément. Je l’avoue je préserve beaucoup ma vie de famille même avec mes proches et je limite les sollicitations. Je suis sans aucun doute une maman qui ne délègue pas.

2 Commentaires
  • Flora
    12 décembre 2018 à 14 h 06 min

    Je comprends ce que tu veux dire mais je crois qu’il peut y avoir une nuance. Tout dépend si tu demandes une aide systématique (genre une fois par semaine) ou un dépannage ponctuel.
    Je refuse aussi d’être redevable envers qui que ce soit mais je demande du babysitting de temps en temps à mes beaux parents. Tant que ça reste rare, ils sont plutôt ravis et demandeurs. Mais en effet on ne peut pas leur demander d’appliquer les mêmes règles que soi et j’avoue qu’il y a du lest à lâcher de ce cote là ! Même quand les relations entre adultes sont tendus, ils restent les grands parents des enfants.

  • Madame Bobette
    17 décembre 2018 à 12 h 57 min

    Je comprends très bien ton ressenti. Ca a été très dur pour moi au début de déléguer certaines choses ou de m’appuyer sur certaines personnes. Et puis j’ai appris, j’ai pris sur moi… Car c’était important pour Tess, ça faisait plaisir à mon entourage et j’en avais parfois besoin. Alors oui, ce n’est pas toujours fait comme je le voudrais, c’est le plus difficile à gérer mais aujourd’hui j’y arrive presque 😉

Laisser un commentaire