30 ans … ce que ma vie de maman m’a appris …

Neuves-mois - Blog maman / Humeur  / 30 ans … ce que ma vie de maman m’a appris …

30 ans … ce que ma vie de maman m’a appris …

Je ne saurai pas dire si j’ai pensé un jour atteindre 30 ans. Avec cette vie-là.  J’ai tellement vécu de choses que j’ai l’impression d’avoir 50 ans … C’est pour moi la fin d’une longue période d’errance qui a commencé à l’âge de 15 ans. Je reviens de loin et je n’oublierai jamais rien de mon parcours, de mes épreuves, il n’y a que moi qui sache pourquoi je me lève chaque matin. Je n’ai rien fait dans mon parcours de manière hasardeuse, même mes gestes les plus fous ont un sens pour moi et j’ai toujours porté mes idées haut et fort.

Je ne suis pas un exemple de réussite extraordinaire, je ne suis personne d’ailleurs mais je peux témoigner qu’avec la force et la persévérance on peut finir par réaliser ses rêves et atteindre ses objectifs. Entendons nous bien : je n’ai pas fini de rêver mais aujourd’hui je savoure clairement ma chance, mes faiblesses et mes doutes. J’ai enfin appris à m’aimer dans ma globalité et c’est en partie grâce à mon rôle de maman.

 

Alors, j’ai décidé de partager avec toi ce que la vie de maman m’a appris car en ce jour d’anniversaire c’est bien ce rôle qui est au cœur de ma vie aujourd’hui.

Chaque souffrance est à la fois insupportable et insignifiante

C’est clairement ma maxime. Depuis toujours. La vie est faite d’obstacles, d’épreuves qu’il faut surmonter inévitablement. Parfois seule et parfois entourée. Lorsque l’on devient mère, c’est vital de continuer, de garder la tête haute. On a tous des moments plus fragiles que d’autres et c’est bien normal. Comme je le dis souvent, le fait de ressentir de la tristesse, de la colère ou parfois de la haine c’est tout à fait légitime. J’ai d’ailleurs fait le choix de raconter ici plutôt mes instants difficiles car j’ai envie d’échanger sur nos astuces plutôt de vous faire croire que tous les jours c’est le pur bonheur. Chaque souffrance a une fin : c’est nous qui décidons quand. Être parent c’est un challenge quotidien et il faut tenir le cap tout en exprimant les moments où nous sommes fatigués.

Donner toujours le meilleur

Quand je ne suis pas sûre de moi, je ne tente généralement rien. Je m’implique corps et âme dans ce que j’entreprends, on peut toujours compter sur moi dans tous les domaines et donner le meilleur de moi est une chose primordiale. Pourquoi devrai-je vivre à moitié ? Je ne veux pas avoir de regrets, passer à côté d’une victoire ou d’une opportunité parce que je n’ai pas assez travaillé. Avec ma fille, je me donne entièrement quand je suis avec elle, je fais ce que je peux avec les moyens dont je dispose et j’en assume toutes les conséquences. J’ai appris à me dépasser, à ne pas rester sur mes acquis et à trouver la solution la plus adéquate pour notre famille.

Se pardonner et pardonner

J’ai été une femme qui ne pardonnait pas. Pendant longtemps. Je ne tolérais aucun écart, aucune erreur et bien sûr aucun compromis. Puis j’ai rencontré mon mari et j’ai eu ma fille. J’ai compris que je ne pouvais pas partir à la moindre dispute, au moindre cri et à la moindre crise. J’ai donc appris tardivement à d’abord me pardonner de ne pas pouvoir tout gérer parfois et de m’emporter. J’ai ensuite appris à pardonner et à ne plus ressasser le passé constamment. Je ne voulais pas que ma fille vive dans cette trop grande exigeante d’elle-même comme je l’ai été… Je suis humaine, j’ai le droit de me tromper, je peux m’excuser et poursuivre ma vie sans rancune et ressentiment.

Écouter son cœur et suivre son instinct

Bien avant de devenir mère je n’écoutais qu’une seule personne :  moi. Cela peut paraître narcissique, mégalomane et largement égocentrique mais j’estime que c’est ma vie, je n’en n’ai qu’une. Je prends acte des conseils mais la décision me reviendra si cela me concerne bien évidemment.

Quand je suis devenue mère, j’ai resserré cette barrière autour de ma famille afin d’éviter que l’on me donne des avis qui ne font que m’embrouiller plus qu’autre chose. J’ai le souhait de transmettre à ma fille la liberté. Cette liberté de pouvoir être celle qu’elle souhaite, qu’elle vive ses choix en n’écoutant qu’elle et personne d’autre.

J’ai vécu ses dernières années avec passion, sincérité et confiance. Je n’ai jamais perdu espoir dans les moments les plus sombres de ma vie. Être maman à l’aube de mes 30 ans c’est ce que j’ai toujours voulu, j’ai alors acquis une sagesse que je ne soupçonnais pas du tout ! J’ai pris ce rôle à cœur, cette responsabilité importante me fait constamment remettre en cause mes croyances mais surtout me ressemble avant tout. Rien n’est figé dans le cadre que j’offre à ma fille : nous évoluons et je m’adapte encore et toujours.

A mes 30 ans !

3 Commentaires
  • Soa
    4 avril 2018 à 9 h 16 min

    Comme je te comprends quand tu parles d’une sagesse que tu ne connaissais pas avant, je ressens exactement la même chose. La maternité m’a révélée !

  • Flora
    4 avril 2018 à 11 h 13 min

    Joyeux 30 ans !

  • Madame Bobette
    9 avril 2018 à 17 h 15 min

    Ce sont là de jolis enseignements!
    Joyeux 30 ans à toi 🙂

Laisser un commentaire