L’après bébé et la pression des autres …

Neuves-mois - Blog maman / Humeur  / L’après bébé et la pression des autres …

L’après bébé et la pression des autres …

Ma fille a eu 9 mois. Nous nous rapprochons de sa première bougie (enfin). J’ai donc voulu faire un bilan pas d’elle particulièrement car je ne pense pas que cela intéresse quelqu’un mais plutôt mon ressenti face à ce cap symbolique des 9 mois. Je n’ai pas vraiment été à l’aise avec la période nourrisson et c’est sans regret que j’en sors aujourd’hui.

Comme tu dois maintenant me connaître, je ne vais pas écrire sur cet amour indescriptible que je ressens pour ma progéniture. Tu le sais, mon blog est avant tout un espace où je souhaite partager toutes les difficultés que peuvent rencontrer au quotidien les parents. Parce que oui, c’est une belle chose d’avoir des enfants, cela nous procure un bonheur éternel MAIS cela peut aussi nous épuiser. Ma belle-mère est horrifiée quand j’ose lui dire qu’être mère c’est dur, pour elle rien n’est plus merveilleux que d’avoir des enfants et je n’ai pas le droit de me plaindre. C’est mal me connaître parce que je ne vais pas me gêner (vous comprenez maintenant pourquoi je ne m’entends jamais avec ma belle-famille).

Aujourd’hui, je souhaite aborder cette pression que l’on peut ressentir après bébé. Comme des étapes à franchir obligatoirement et si ce n’est pas le cas, nous sommes immédiatement inondés de questions adorables avec un tact défiant toute concurrence : « ah mais tu as toujours le visage gonflé « ,  » ah mais à 4 mois normalement elle doit faire ses nuits « ,  » ah mais faut entretenir la flamme avec ton mari  » … Sinon je peux respirer ?  Alors quels sont les sujets sensibles que tout le monde veut aborder quand tu viens d’avoir un enfant ?

La pression de la remise en forme post partum :

J’ai été frappé par une chose lorsque j’étais enceinte : le désir de retrouver sa silhouette post grossesse. J’ai vu des photos de femme sur Instagram sortant à peine de l’accouchement se mettre au sport avec comme unique objectif de retrouver son corps d’avant. Je ne critique pas celles qui ont le souci de mettre en place une hygiène de vie mais ce qui m’a interpellé c’est plutôt le moment choisi pour le faire. Il y a à mon sens un temps pour tout est lorsqu’on vient de sortir un bébé de son utérus c’est la dernière chose à laquelle nous devons penser. Donner la vie c’est tellement éprouvant, un vrai marathon et l’idée de savoir si j’allais rentrer à nouveau dans mon 36 ne m’a pas traversé l’esprit.

Mon poids ne m’a jamais réellement préoccupé, je ne me suis pas privée tout au long de ma grossesse, je n’ai pas spécialement changé et je suis encore plus menue qu’avant. C’est dans ma nature de toute manière, je n’ai pas eu d’envie particulière et je n’ai jamais prétexté devoir mangé pour deux pendant 9 mois.

J’ai eu un accouchement de rêve : 45 min, sans péridurale et sans aucune séquelle. Bon j’ai douillé pendant les 20 dernières minutes mais je suis arrivée à l’hôpital ouverte à 8 dans une forme olympique. Dès mon retour à la maison, rien ne laisser penser que j’avais accouché. J’étais à nouveau moi à part que j’avais une super poitrine (qui n’est pas restée c’est bien dommage). Rien n’a bougé, je n’ai aucune trace physique de cette grossesse.

Mes proches trouvent cela extraordinaire que j’ai retrouvé la ligne si rapidement mais ce qu’ils ne comprennent pas c’est que je m’en fou complétement. J’ai laissé mon corps se remettre tranquillement, j’ai fait ma rééducation du périnée avec sérieux et sinon rien d’autre. Je n’ai pas réessayer mes vêtements avant ma reprise du boulot, je n’ai pas mangé mieux et je n’ai pas de recette à donner. Je veux que l’on arrête de pointer du doigt à la fois celles qui ont encore des kilos en trop et à la fois celles qui ont perdus vite.

On a le droit de souffler, de ressembler à rien pendant des semaines (voir des mois) si cela nous chante et si nous sommes bien ainsi. Nous n’avons pas toutes envie d’être à la salle de sport, ni envie de faire un régime quelconque. J’ai repris la fitness 6 mois après la naissance de ma fille  non pas pour maigrir mais pour m’aérer et passer du temps avec des personnes que j’apprécie et sans bébé.

La pression du bébé qui doit faire ses nuits :

Ah les nuits de bébé : pourquoi cela intéresse les gens de savoir si mon enfant dort ? Est-ce que c’est eux qui font les allers-retours chaque nuit depuis 9 mois ? Qui était là avec moi à deux heures du matin pendant que je regardais SFR Replay avec ma fille dans les bras qui hurlait : PERSONNE !

Ma fille s’est réveillée chaque nuit pendant 9 mois. Au mieux deux réveils et au pire toutes les heures. Elle a toujours fait des micro-siestes (de 30 à 45 min) à la maison et à la crèche. Inutile de vous expliquer ma tête pour mener mon quotidien de manière convenable avec un capital sommeil assez léger. Me concernant, je l’ai accepté assez vite et je me suis adaptée.

Au fur et à mesure les siestes et les nuits s’allongeaient sans que je ne change quoique ce soit et sans qu’il y ait un problème particulier. Elle a grandi tout simplement et à force de gambader partout la demoiselle était tout simplement fatiguée. Tout cela pour dire que je n’ai pas « subi » son rythme très particulier, ce n’était pas dramatique si elle ne dormait pas beaucoup et surtout il n’y avait pas de solution vu que pour son âge ce n’était clairement pas alarmant.

Et quelle est donc la norme pour un bébé ? Je savais bien qu’elle finirait par dormir et que certaines choses prennent du temps à se mettre en place. J’ai eu raison puisqu’à présent elle dort (enfin) sans encombre et sans cri, nous pouvons donc savourer nos soirées tranquillement.

La pression du couple qui doit prendre du temps à deux :

Avant la naissance de notre enfant, nous n’étions pas branchés sortie en amoureux. Nous aimons les bonnes tables et nous sortions souvent uniquement pour cela sinon nous sommes attachés à notre quotidien. Quand le tsunami bébé est arrivé, ce fut une véritable épreuve pour mon mari qui ne s’attendait pas à tant de nuits sans sommeil. Notre organisation n’a pas réellement été bouleversé comme je l’ai expliqué dans plusieurs articles. J’ai un mari très présent qui prend le relais souvent surtout pour les tâches ménagères, qui se lève la nuit pour bercer la petite (si c’est moi elle ne dort pas …) ou encore qui la récupère à la crèche quand je ne suis pas disponible.

Au début, comme la plupart des couples nous étions souvent sous tension avec la fatigue, les pleurs, les reproches et puis au fil du temps nous avons retrouvé notre train-train pour notre plus grand bonheur. Nous avons toujours vécu ainsi. Mon mari me connait très bien et il sait pertinemment que je n’aime pas les week-end en amoureux et encore moins les sorties entre couples. Je vois bien que notre entourage est assez perplexe parce que nous faisons jamais garder la petite pour prendre un temps à deux même quelques heures. Nous profitons quand elle est à la crèche pour se faire un cinéma ou gastro et cela nous suffit amplement. On s’arrange toujours pour se retrouver à deux et honnêtement ma fille étant encore petite je ne me vois pas la confier ainsi.

J’ai encore une fois écrit parce qu’il n’y a pas de norme et pas de règle concernant l’après-bébé. Surtout que l’on s’abstienne de commentaires lorsque les gens font différemment. Mon mode de fonctionnement étonne peut-être mais je me sens bien dans mes choix c’est plutôt les autres qui remettent sans cesse en question mes décisions. Je n’ai pas à me justifier et je le droit d’exprimer mes émotions qu’elles soient positives ou négatives. L’après-bébé est un chaos quoiqu’il arrive et nous sommes parfois à fleur de peau face aux diverses réflexions de nos proches. Ce n’était pas simple, j’ai tenu le cap et 9 mois plus tard mon entourage a enfin cessé de me donner des conseils (que je n’écoute jamais) et de se plier à l’éducation que je souhaite transmettre à ma fille. Au sein de ma famille, c’est moi qui définit les règles selon mon vécu et surtout selon mes envies.

8 Commentaires
  • Maman Sur Le Fil
    19 janvier 2018 à 9 h 44 min

    Une nouvelle fois, j’admire tellement ta capacité à imposer tes choix, à t’y tenir sans être influencer (trop) par l’extérieur… Ici, ma belle-famille est très très dans les conseils et le « dirigisme » à tout va !! Oui oui, ça n’existe pas… Mais, en gros, il faudrait qu’ils dirigent tout, que tout soit fait à leur manière et pas à une autre. Alors, quand, comme moi, tu manques de confiance et tu doutes constamment, c’est dur de garder le cap !
    Bref, encore bravo pour ça !
    Bises
    Virginie

  • Madame Bobette
    19 janvier 2018 à 12 h 18 min

    Le principal, c’est d’être bien des ses baskets! J’ai eu a chance de ne pas vraiment connaître cette pression par mon entourage ou alors, ça m’est complètement passé au dessus! Chacun fait ses choix, on peut en discuter, donner son point de vue mais surtout rester comme on est sans trop se poser de question. C’est finalement ce que tu arrives à faire malgré la pression que certains peuvent te mettre et ça c’est top car tout le monde n’y arrive pas!

  • Neminghway
    20 janvier 2018 à 1 h 38 min

    Juste wow. Je connais exactement tout ce que vous avez vécue. Ma belle sœur a eu des jumeaux trois mois avant que Jade ne vienne au monde et, seulement parceque son père est une personne « importante », mes parents sont complètement endoctriné et boivent ses paroles, c’est comme si elle avais la science infuse: « ha bon tu fait comme ça? Mais Élodie elle fait comme ça » « tu devrais pas faire comme ça » j’en viens à fuir ma famille tellement ça me gonfle et à avoir déménager à 6h de route pour avoir la paix. On paraît comme des « parents curieux » car nous aimons notre tranquillité, que nous nous suffisont et que nous ne faisons jamais garder notre fille… Dire que je le subit encore mais que je leur ai bien fait comprendre que je ferait à ma façon. Félicitations à vous

  • elo
    21 janvier 2018 à 14 h 48 min

    Je ne suis pas maman, j’ai été belle-maman pendant 8 ans, alors oui ce n’est pas pareil mais on apprend aussi des choses, un peu différemment… Mon grand frère a été papa pour la première fois il y a 6 ans, et depuis ma famille a « éclaté », des conflits entre ma mère et ma belle-soeur. Au jour d’aujourd’hui je comprends ma mère, elle voulait surement essayer de lui donner de bons conseils etc, et je comprends aussi la position de ma belle-soeur, c’est son enfant, elle fera comme bon lui semble. Pour moi (et je me le dis de plus en plus en grandissant, j’ai 28 ans), personne n’est tout blanc ou tout noir. On (la famille, belle-famille, amis etc…) devrait essayer de mieux tourner nos phrase lorsque l’on veut tout simplement s’intéresser aux enfants des autres ou lorsque l’on veut partager sur différents sujets, mais je pense et trouve aussi, que des que l’on devient parents, on change, on prend aussi (un peu trop souvent ou non, ça dépend des personnes) mal les choses, je ne sais pas comment bien expliquer le fond de ma pensée.
    Personnellement, maintenant j’essaie de faire attention a comment je dis les choses à mes amis qui sont parents, je sais que je ne suis pas à leur place, et parfois ils peuvent aussi nous le faire bien comprendre, et ça peut aussi blesser de notre côté.
    Comme tu le dis pour vous, avant vous n’étiez pas trop du genre weekend à deux etc… J’ai des amies, qui avant d’être casé et maman aimé bien une petite sorite entre amis ou filles, un restaurant, une après midi shopping etc… Et maintenant, elle ne sortent plus ! (alors que leurs hommes ne sont pas contre) Encore une fois j’imagine bien que lorsque devient maman on veut profiter au maximum de son enfant, sa famille etc, je trouve juste dommage que certaines personnes se privent un peu de leur vie social de temps en temps…
    J’espère que mon commentaire ne sera pas mal pris, ce n’est pas mon but, je donne juste mon ressenti personnel quant à ce que je vois un peu autour de moi 🙂
    PS : on en reparlera surement si un jour je deviens maman ^^

Laisser un commentaire