Jeune maman en reconversion professionnelle : mon expérience …

Neuves-mois - Blog maman / Humeur  / Jeune maman en reconversion professionnelle : mon expérience …

Jeune maman en reconversion professionnelle : mon expérience …

Comme je reçois beaucoup de questions sur ma reconversion professionnelle et que le temps me manque cruellement pour répondre à chacun d’entre vous, j’écris aujourd’hui un article sur le sujet.

Je travaille dans la fonction publique dans le domaine de l’orientation depuis 8 ans déjà. J’ai découvert ce secteur par pur hasard et il s’avère que j’ai tout de suite eu des facilités pour ce métier. Ce n’est pas pour me vanter mais je maîtrise bien le sujet et j’ai toujours mis du cœur dans mes tâches quotidiennes. Il y a quelques années, j’ai été touché par le bore-out (l’ennui au travail), j’avais d’ailleurs écrit un article sur mon ancien blog et cela ressemblait beaucoup à ce billet de Mlle Bora. Ce fut l’enfer, mes journées étaient creuses et d’un ennui indéfinissable : jour après jour je périssais et je n’avais aucune issue. Dès que j’avais du travail, je le bouclais rapidement : il m’arrivait même de traîner volontairement pour avoir quelque chose à faire les jours suivants.

Puis, je me suis mariée, je suis tombée enceinte et ses deux évènements sont tombés à pic : j’avais besoin d’un break.

Je pensais que cette longue pause allait m’ouvrir d’autres perspectives et me permettrait enfin d’évoluer. Quelle naïveté ! Depuis mon retour les choses se sont aggravées : je suis à présent seule sur un site. Je suis toute la journée seule, je déjeune seule, je bosse seule sans collègue. Je suis responsable de l’antenne mais clairement personne ne vérifie mon travail, je n’ai aucune directive concrète : je fais clairement ce que je veux (mais sans le salaire de responsable bien évidemment).

Pour ma santé mentale, j’ai décidé que ce serait la dernière année que je vivais ainsi. Je peux rester dans mon confort car je n’ai pas des horaires de malade, je peux passer du temps avec ma fille, j’ai les congés que je veux : honnêtement c’est la belle vie. Mais quand je pense à mon parcours, je me dis que je n’ai pas fait 13 000 km pour me tourner les pouces et travailler dans un climat dégradant. Alors j’ai décidé de candidater pour le concours CRPE interne (autant utiliser mon ancienneté), un rêve que je caresse depuis plusieurs années sans oser me lancer.

J’ai eu l’immense chance de vivre en Afrique pendant deux ans et d’avoir été professeur des écoles dans une école française. J’ai été inspectée, formée aussi pour le métier et j’ai fini par y prendre goût. Vous savez que je ne suis pas spécialement fan des enfants quand il n’y en a plusieurs mais ce fut une révélation. J’ai pris plaisir à organiser les ateliers, les sorties, les classes de découvertes et mes cours chaque matin. J’ai aussi eu l’occasion transmettre mes connaissances à mes collègues dans le domaine de la psychologie de l’enfant afin d’aider au mieux les élèves atteints de dyslexie et de dysphasie dans les apprentissages.

Je les ai profondément aimé ses enfants, certains m’écrivent encore aujourd’hui. Cela n’a pas été facile mais c’est un métier qui me forçait à être bien même lorsque j’étais mal, à donner le meilleur de moi, même si je ne savais rien. J’avais cette impression d’être trop exigeante ou pire trop sévère avec eux de par mon éducation mais il en n’était rien au vu de leurs nombreux témoignages lors de mon départ qui fut extrêmement douloureux d’ailleurs. Alors pour moi, pour eux, pour tous ce que j’ai pu vivre je me lance dans cette aventure et comme pour tous ce que j’entreprends : je ne fais jamais rien si ce n’est pas pour réussir.

Photo personnelle

Des sacrifices indéniables :

Ce n’est plus un secret : en métropole je n’ai quasiment pas d’amies intimes. Je ne suis pas invitée à boire un verre, à partager une raclette (heureusement) ou encore ce n’est pas moi qu’on appelle quand on a un problème. Je n’ai donc pas eu à tirer un trait sur des sorties puisque je n’en ai pas ! J’ai donc profité de ce désert amical pour me consacrer à ce concours. Pas de famille non plus alors je renonce pas vraiment à des invitations extraordinaires. Concernant les vacances et les sorties pendant l’automne et l’hiver : je ne sortirai jamais, j’attends patiemment mes 6 semaines à la Réunion l’été prochain.

J’organise mon temps libre pour les révisions et j’arrive à consacrer au moins 3h par jour sans que cela empiète sur ma vie personnelle. Le week-end je me tiens à 4h de révisions avec parfois l’aide de mon mari et je fais du sport deux fois par semaine pour m’aérer l’esprit.

Les sacrifices sont plutôt du côté de mes passions comme le maquillage, le shopping ou la lecture des blogs où clairement j’ai quasiment moins de temps à consacrer. J’arrive à maintenir le cap sur mon blog, je publie au moins une fois par semaine comme à mon habitude selon mes envies du moment. J’essaie de planifier au mieux les articles, d’être présente sur Instagram mais ce n’est pas toujours simple ! Je loupe parfois les billets de mes blopines mais je lis tous vos articles même si je ne laisse pas de commentaires.

Une organisation nécessaire :

Dès mon inscription, j’ai mis en place un planning rigoureux et je m’y tiens. Je n’ai pour l’instant pas pris de retard sur mes révisions. Comme je l’ai écrit précédemment cela n’affecte en rien les moments que je passe en famille. Je m’occupe de ma fille quotidiennement et je révise uniquement si elle dort ou si elle est à la crèche.

Je ne suis pas absente aux moments importants et j’essaie d’avoir une hygiène de vie convenable. Honnêtement, le programme est costaud, j’ai eu cette sensation de ne rien retenir au début mais au fil des jours les notions rentrent. Je m’y suis prise assez tôt pour emmagasiner le maximum de choses et bien saisir les attentes du jury.

Une persévérance à toute épreuve :

Quand on est seule comme moi, le plus dur c’est de ne pas se décourager. La première fois que j’ai lu les sujets de mathématiques : je me suis dit quelle connerie. Franchement venant d’un bac littéraire et d’une licence en psychologie comment allais-je m’en sortir ? C’est un concours très exigeant et j’ai mis tout en œuvre pour le décrocher (stage d’observation, contact avec des professeurs etc.). Je ne veux pas y aller « pour essayer » car les postes en interne sont rares alors il faut tout donner cette année.

J’ai repris les chapitres un à un à mon rythme et j’avance ainsi. Je prends des cours avec un étudiant en mathématiques  et cela me permet de poser mes nombreuses questions et d’avoir à nouveau confiance en moi. Pour le reste des épreuves je fais confiance à ma bonne étoile et à mes lointains souvenirs.

Dans la vie, il n’y a pas de mauvais choix et encore moins de mauvaises directions. J’ai essayé tout au long de mon parcours de saisir les opportunités qui s’offraient à moi mais surtout d’être fidèle à celle que je suis. Parfois, il faut aussi provoquer le destin et prendre cette place que nous méritons certainement. Je ne sais pas du tout si je vais y parvenir, ni même si j’irai jusqu’au bout : j’aurai au moins tenté cette aventure. Cela relèverait du miracle si je l’obtiens, je ne manquerai pas de partager cela avec vous comme d’habitude. Je pense qu’avec la motivation on arrive toujours à trouver un équilibre entre ce que nous voulons et ce qu’il est possible de faire. Il n’y a à mon avis jamais de bon moment pour entreprendre quelque chose, il suffit de prendre ce risque et de savourer l’issue positive ou négative.

 

 

 

 

 

19 Commentaires
  • Maman Sur Le Fil
    27 octobre 2017 à 9 h 30 min

    Tu m’impressionne ! Rien que ta motivation et ton abnégation devrait t’ouvrir les portes de ce métier… ici, j’ai du mal à m’y mettre vraiment. Je galère sur ma grammaire, c’est loin tout cela mais, forcément, la partie Maths me fait moins peur !

    Je te souhaite toute la réussite que tu mérites ma belle !

    Bises

    Virginie

  • Picou
    27 octobre 2017 à 10 h 07 min

    Quelle motivation et quelle organisation! Avec une combinaison pareille je ne vois pas pourquoi tu n’y arriverais pas?!! Tu t’en seras au moins vraiment donné les moyens, c’est franchement admirable de prendre autant sa vie en mains, surtout avec une petitoute dans les pattes. Bravo!

  • Coraliecca
    27 octobre 2017 à 13 h 17 min

    J’ai choisi une reorientation et un changement de vie l’année derniere.
    J’ai tenté de preparer le crpe avec deux filles de 5 et 3 ans et un bebe né en octobre 2016. Autant dire que niveau fatigue et organisation j’etais loin de ce que tu fais.
    J’ai tt arrêté au bout de quelques mois parce que ca me bouffait. Je reviser je culpabilisais de ne pas m’occuper des enfants. Je m’occupais de mon bebe je culpabilisais de ne pas réviser. J’ai dit stop en decembre…et advienne que pourra
    Je suis allée au concours, deux jours avant j’achetais des piles pour ma calculatrice, une regle et un compas et je regardais comment faire une analyse de francais…bref !
    J’ai eu les ecrits… Puis les oraux (pour lesquels cette fois j’ai bossé a fond pendant 3 semaines)

    Crois en toi, crois en tes capacités et même si tu as peu de relations amicaleq autour, prends du temps pour toi, ta famille. Ce sont ces bouffees d’oxygène qui font avancer !
    Et si tu as besoin de conseil je peux aider !

  • Maman Pavlova
    27 octobre 2017 à 14 h 04 min

    TU vas y arriver ! j’ai décidée aussi de changer de métier, enfin pas vraiment, puisque je reste dans la même branche, mais je vais enseigner mon métier et a moi les horaires plus cool et les vacances en famille.

  • Flora
    27 octobre 2017 à 14 h 43 min

    Tu ne pourrais pas t’inscrire au concours externe aussi pour augmenter tes chances ? Avec autant de motivation et ta force de caractère, tu es bien partie
    Bon courage

  • Pititefleur
    27 octobre 2017 à 16 h 48 min

    Je te trouve très bien organisée et je suis certaine étant donné ta motivation que ce sera une belle aventure couronnée de succès quelqu’en soit l’issue !
    Bon courage !

  • Laurent
    27 octobre 2017 à 17 h 53 min

    Waw ! Quelle énergie !
    Super article qui amènera tout lecteur à se poser la question : « et moi, que suis-je prêt à sacrifier pour que ma vie corresponde à la façon dont je veux réellement la vivre? »
    Bonne chance et comme tu le dis si bien « mettre du cœur dans mes tâches quotidiennes » permet à toute personne de réussir son projet et à maitriser ce qu’il ne connait pas encore.

  • Les Délices de Framboise
    27 octobre 2017 à 20 h 56 min

    Je suis un peu tombée sur cet article par hasard, enfin sur hellocoton. J’avais déjà passer ton blog plusieurs fois mais sans jamais vraiment prendre le temps d’y passer faire un tour.
    Je suis aussi en plein questionnement sur une réorientation ou non également mais toi tu as l’air vraiment déterminé et avec ce programme de choc, je pense que tu vas réussir, c’est tout ce que je te souhaite en tout cas.
    Bisous

  • Violaine
    28 octobre 2017 à 15 h 13 min

    C’est drôle, je suis venue lire ton article parce que je pense régulièrement à me reconvertir, et je fais le métier que tu vises (l’ironie de la vie). Bref j’espère que tu as bien choisi l’académie où tu passes le concours, car après c’est impossible de bouger. 🙂 Bon courage, c’est un beau métier (quand tu as la chance de pouvoir le faire dans de bonnes conditions) !

  • Caro
    29 octobre 2017 à 18 h 44 min

    Moi aussi je me suis inscrite !!! Je ne pense pas que ça sera pour cette année, mais j’ai envie de le tenter quand même, j’ai pris la décision le dernier jour des inscriptions pour le faire… J’attends la fin de mon licenciement pour m’y mettre vraiment !

  • Johanna au presque parfait
    30 octobre 2017 à 7 h 19 min

    Je te souhaite de réussir! Mais surtout de n’avoir aucun regret, et avec l’organisation que tu décris, c’est bien parti!
    Johanna

  • Madame Bobette
    31 octobre 2017 à 14 h 32 min

    Je te souhaite réellement de réussir. Tu as fait le bon choix je pense et en t’y donnant à fond comme tu le fais, il n’y aura pas de regret. En tous cas, tu m’impressionnes dans ton organisation! Je sui s derrière toi!! Courage!

Laisser un commentaire