La crèche … cette première douce séparation.

Neuves-mois - Blog maman / Maternité  / La crèche … cette première douce séparation.

La crèche … cette première douce séparation.

Ma fille a donc fait sa grande rentrée il y a tout juste un mois. J’attendais qu’elle soit bien adaptée pour vous en parler calmement et comme d’habitude en connaissance de cause. Pour moi, opter pour la crèche était une évidence on était quasiment sûrs d’avoir une place et j’ai tout misé là-dessus. Je voulais une structure qui respecte le rythme de mon enfant car elle est très débrouillarde et aime faire les choses par elle-même ce qui peut paraître un peu déroutant au vue de son si jeune âge ! Je suis très exigeante sur certains points surtout quand il s’agit de ma fille sur des règles de base comme la politesse ou le respect des autres alors il fallait qu’il y ait une certaine « continuité » dans ce que je fais au quotidien. Je n’ai pas pensé à une assistante maternelle car je voulais réellement que mon enfant soit en collectivité et puisse côtoyer des petits qu’elle retrouvera peut-être à l’école plus tard. Le temps de l’enfance est tellement précieux et unique, je voulais qu’elle construise tôt de jolis souvenirs.

Du haut de ses 5 mois elle a fait sa rentrée, avec une facilité déconcertante et sans aucun un petit manque de maman. Alors comment ai-je aborder cette première douce séparation ?

L’autonomie avant tout !

Comme je l’ai dit dans mon article « ma vie de non maman poule » je suis pour l’autonomie au maximum avec ma fille. J’ai profité des mois supplémentaires que nous avons eu ensemble pour l’habituer à un certain nombre de choses sans moi notamment le dodo. J’ai bien vu la différence lors de son adaptation avec les bébés qui ont besoin encore de se faire bercer pour s’endormir : parfois l’enfant ne dormait que dans les bras ou pas du tout. J’appréhendais vraiment les siestes avec une tierce personne car ce n’est jamais simple de dormir ailleurs que chez soi surtout pour un nourrisson. Finalement avec quelques pleurs au début elle se comporte comme à la maison. Elle préfère s’endormir seule, sans les bras la plupart du temps ce qui m’a beaucoup rassuré.

Pour les repas, je vous en parle bientôt ma fille ne boit plus de lait à proprement parler. A midi et pour le goûter c’est yaourt / compote et purée de légumes. Cela lui convient très bien en sachant qu’à la crèche il y a une personne qui confectionne les repas tous les jours sur place du fait maison donc. Comme pour le sommeil, elle préfère manger tranquillement dans son transat que dans les bras des auxiliaires qui préconisent tout de même la proximité avec les bébés. Mais mon enfant n’est pas très tactile à part avec moi pour le moment et encore maintenant qu’elle sait se tortiller par terre pas moyen de la garder pour un câlin. Lors les toutes premières semaines, son sommeil à la maison a été quelque peu perturbé mais au bout de quelques jours ce fut réglé. Elle a fini par trouvé son rythme crèche/maison qui lui convient.

L’importance de l’adaptation

Nous avons eu en tout dix jours d’adaptation avant le jour J. J’ai commencé en venant tous les jours pendant une heure sur différents moments de la journée. Ma fille a une référente mais globalement plusieurs personnes s’occupent d’elle et ce n’est pas plus mal au moins elle s’habitue à tout le monde.

Chaque jour elles ont scruté mes gestes, elles ont écouté mes paroles, mes doutes et surtout elles ont observé ma fille. Ce fut un véritable échange, un moment privilégié car nous étions seules à chaque fois (chaque parent avait un créneau horaire à lui). Puis progressivement j’ai laissé ma fille 1h, 2h, une demie-journée puis une journée entière. J’ai apprécié cette douceur car même si je n’étais pas angoissée je voulais qu’elles prennent le temps de voir comment je fonctionnais. Nous tissons ce lien avec notre enfant et même si nous le voyons pas de la journée il me semble important d’avoir une certaine continuité. J’ai pu de mon côté voir le fonctionnement des éducatrices, des auxiliaires et rencontrer d’autres mamans. Clairement, j’étais celle qui était la moins stressée du groupe et j’évitais toutes les conversations qui pouvaient m’inquiéter. Cette adaptation m’a permis de passer le relais en toute confiance et en toute sérénité. Je suis convaincue que les enfants sentent quand nous sommes tristes ou angoissées : il était hors de question de transmettre de mauvaises ondes. J’avais comme chaque parent des appréhensions mais pas de quoi remettre en cause ma décision.

Mes sentiments face à cette séparation

Comme je l’ai déjà évoqué ici : j’étais contente de reprendre le travail. Cette séparation est tombée à pic : c’était le bon moment pour elle et pour moi. J’étais sereine jusqu’au bout et je pense avoir transmis à ma fille cette plénitude. Je l’ai beaucoup parlé de la crèche, le pourquoi de cette décision et les jours où elle devait y rester. Le vendredi elle n’y va pas elle est gardé le matin par ma mère et l’après-midi par mes soins. On profite de ce moment mère-fille, on fait les courses, on va chez le coiffeur et on papote un peu. J’ai pris ce temps exclusivement pour nous alors on en profite à fond.

Cette organisation nous convient parfaitement, il y a eu un temps de flottement au début mais maintenant la machine est en route. Le matin ce n’est pas la course, j’ai la même routine qu’avant, j’ai le loisir de me maquiller, de traîner un peu sans me presser. J’ai la chance que ma fille soit réglée comme une horloge alors j’arrive toujours à jongler en fonction de son heure de réveil qui reste inchangé.

J’ai enfin trouvé cet équilibre entre ma vie de femme et celle de mère lorsque mon bébé est entré en crèche. Après les premiers mois où je survivais clairement, mon quotidien est redevenu ce qu’il était, j’ai pu entamé de nouveaux projets comme celles qui me suivent ont pu le voir sur mon Instagram. Il y a des jours plus difficiles que d’autres mais j’ai maintenant la vie dont je rêvais avec ma famille.

11 Commentaires
  • Picou
    2 octobre 2017 à 12 h 00 min

    C’est cool que ça se soit bien passé, et surtout que tu ne sois pas angoissée. J’avais le même mode de fonctionnement avec mes filles, les laisser ne m’a jamais trop pesé (même si pour ma part c’était à une assistante maternelle, n’ayant pas eu de place en crèche). Comme toi je pense que notre stress se transmet à l’enfant, et qu’aller sereinement l’aide beaucoup lui même à s’adapter sur place. Nickel! Mais attends toi quand même à ce que ça change dans le temps, hein, à 5 mois ce n’est pas encore représentatif de la façon dont ça change la vie ;o)

  • Pititefleur
    2 octobre 2017 à 17 h 07 min

    C’est super tout ça ! Une faire qui roule parfaitement !
    Nous c’est un peu plus compliqué niveau ajustement, mais ma fille étant plus petite que la tienne je pense que cela vient de là ! Même si tout se passe très bien, on est pas encore dans le tout roule ! Mais comme toi j’attends d’avoir un peu plus de recul pour pouvoir en parler !

  • Maman Sur Le Fil
    3 octobre 2017 à 8 h 27 min

    C’est géniale d’avoir trouvé si vite un rythme qui convienne à tout le monde. J’adore toujours autant ton franc-parler, la confiance que tu as en tes choix… J’admire ton assurance face à tout ça…

    Bravo à toi et à ta fille !

    Virginie

  • Die Franzoesin
    4 octobre 2017 à 4 h 43 min

    Je suis contente de voir que tout se passe si bien ! Et je t’envie pour ta routine du matin. J’arrive aussi encore à me maquiller, mais c’est du sport !

  • Madame Bobette
    6 octobre 2017 à 16 h 46 min

    Je suis contente de lire que tout se soit bien passé et que tu as trouvé la solution idéale pour toi, ta fille et ta vie de famille. Comme toi, je pense que la continuité entre la maison et le lieu d’accueil est primordial et heureusement j’ai trouvé ça aussi chez ma nounou. Je te souhaite d’aboutir dans tes projets 🙂

  • Alittlerainbow37
    15 octobre 2017 à 20 h 39 min

    Les débuts avec Ambre ont été tellement difficile, que je comprends tout à fait ce presque soulagement de reprendre sa vie de working girl. Clairement pour moi, l’étape la plus agréable n’a vraiment pas été lorsqu’elle était toute petite, et c’est bien pour ça que j’hesite pour un deuxième bébé. Tout comme toi, j’ai toujours été très sereine lorsque je la laisse, à partir du moment où j’ai confiance en la personne qui sen occupe. Contente que vous ayez trouve votre rythme et vos marques, et que tu t’epanouisses entre vie pro et vie de maman! Bises ma jolie Sandra

Laisser un commentaire